1 volcans

Troisième partie ( 1 )

1) Prévision et prévention des éruptions volcaniques

 

On pourrait croire que nous sommes arrivés à un niveau de connaissance satisfaisant et qu’il est inutile d’aller loin. En réalité, nous disposons de peu de mesures du déroulement d’une éruption et nos progrès sont lents dans ce domaine. Les éruptions sont rares et se produisent souvent dans des régions difficiles d’accès où il est impossible de déployer des réseaux d’observation et de mesure. En outre, les appareils nécessaires n’existent que depuis quelques décennies. Ces appareils permettent de la prévision et la prévention des éruptions volcanique :

La prévision des éruptions apparaît avant la prévention. L’étude des événements antérieurs permet de comprendre le fonctionnement du volcan et de tenter de prévoir les éruptions futures.Cette étude des précédentes éruptions a deux buts : déterminer le type d’éruption prévisible et délimiter les zones atteintes par le passé.

L'analyse de l’activité actuelle du volcan est également indispensable, puisqu’elle doit permettre d'avertir de l’imminence d’une éruption. La surveillance du volcan se réalise à partir d’observatoires ou de stations d’alerte qui informent de l’évolution d’un volcan en étudiant les variations de différents paramètres liés à son activité. Il existe paramètres : l’activité sismique, les paramètres géophysiques, et les changements dans la composition des gaz volcaniques :

Une éruption volcanique est toujours précédée d’une activité sismique qui traduit la montée du magma.

L'installation autour d’un volcan d’un réseau de stations sismiques permet de détecter des éruptions de manière très efficace. Par ailleurs, la variation d’autres paramètres géophysiques (magnétique, gravimétrique, électrique, etc.) permet de caractériser l'évolution de l’activité volcanique.

Quand un magma se présente sous un volcan, il entraîne une déformation de la Terre en surface, généralement un gonflement, car il doit occuper l'espace dont il a besoin. Cette déformation peut être mesurée par des appareils installés sur place comme un extensomètre, ou par des images provenant des satellites.

Enfin, des variations de température et de la composition géochimique des gaz liés à l'activité volcanique peuvent traduire l’arrivée du magma.

 Afin de déterminer à partir de quel niveau une modification de ces paramètres est révélatrice de l’imminence d’une éruption, il est préférable de connaître les variations indépendantes de toute activité volcanique, qui sont liées à des cycles naturels autres que le volcanisme (les précipitations par exemple). Ainsi il est nécessaire de distinguer les variation significatives des autres variations quelconques du volcan. La surveillance des volcans est fondée sur la remontée du magma et ses phénomènes annexes.

Ces phénomènes sont les séismes, la déformation de l'édifice, les variations du champ magnétique terrestre et les différents types de gaz issus du volcan.

 

La prévention est obligatoire puisque Plusieurs millions de personnes vivent à proximité des volcans, c'est pourquoi il est nécessaire de connaitre ces zones à risques pour éviter des catastrophes mettant des vies en danger et détruisent des infrastructures. Dans certaines zones il est interdit par les autorités de construire surtout au pied des volcans cependant des personnes vivent quand même à proximité c'est pourquoi les autorités évacue ces zones lorsque les scientifique sont sûrs que l'éruption est imminente. Cependant dans certains pays la prévention n’est pas possible en fonction de l’économie du pays et de l’homme au pouvoir. Dans les pays développé des moyens de protections de la population se font comme construire une digue pour les lahars ou un édifice solide pour les coulées pyroclastique.

La prévention des risques volcanique se fait en trois parties :

- Tout d’abord scientifique avec une connaissance des volcans qui permet de donner approximativement le moment de l’éruption et son activité.

- Ensuite politique pour construire des infrastructures et si nécessaire évacuer les lieus si l’éruption est trop violente.

- Enfin humain pour sensibiliser les civiles aux gestes utiles et vitales lors d’une éruption volcanique.

De plus après une éruption des plans d’organisation des secours sont mis en place comme le plan ORSEC (organisation de la Réponse de SEcurité Civile).

Ces trois éléments permettent de minimiser les pertes civiles pour les risques volcanique mais le danger n’est pas nul puisque on ne peut pas empêcher une éruption on peut seulement la prévenir. De plus la cohésion entre ces trois éléments n’est pas toujours claire et précis.

 


 

                                                    <  Précédent            Suivant  >

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site